Politiques numériques au Sénégal : un spécialiste en TIC critique vertement le manque de vision à long terme

Posté dans : Actu Technologies | 0

Le Professeur des Universités Abdoullah Cissé (photo) a une nouvelle fois fustigé l’absence de prospective dans les politiques au Sénégal. Selon l’expert international en TIC, les différents plans mis au jour comme le Plan Sénégal Emergent (PSE) et la stratégie Sénégal Numérique 2025 manquent d’une vision à long terme puisque arrimés sur des horizons pas vraiment lointains. Et réagissant au dernier classement Doing Business qui a vu le Sénégal quitter le 140e rang pour le 141e sur 190 pays, le spécialiste considère que l’apport du numérique pourrait aider à améliorer les choses.

« Aujourd’hui, ce qui fait progresser, ce sont des systèmes d’information sécurisés, transparents, qui inspirent confiance, qui sont le socle de la dématérialisation des formalités et des procédures dans nos Etats et qui créent de la valeur. Lorsqu’on a ça, on progresse de façon inéluctable », a déclaré M. Cissé lors des Mardis du Numérique qui se sont tenus à Dakar. Le spécialiste du digital invite les autorités à mettre en avant une interministérialité digne de ce nom pour construire une synergie autour de tous les ministères afin de mieux concentrer les efforts susceptibles de peser sur le classement Doing Business.

Par ailleurs, l’avocat au barreau du Sénégal, réputé pour sa liberté de ton, a décrit un retard quasi général dans plusieurs domaines tels que la souveraineté numérique où il relève que le pays ne contrôle même pas 10 % de ses données publiques.

De son côté, Antoine Ngom, président de l’Organisation des professionnels des TIC (OPTIC), a appelé l’Etat à accélérer la cadence en ce qui concerne le comité de pilotage de la SN 2025. Rokhaya Solange Ndir, chef du département RSE et des partenariats de Sonatel, a préconisé la mise au point d’une cartographie de l’écosystème pour une meilleure lisibilité. Une idée appuyée par le président de l’African Performance Institue. Ibrahima Nour Eddine Diagne pense toutefois que c’est trop tard à l’heure actuelle étant donné le rythme effréné de la révolution numérique.

Elimane

(Source : CIO Mag, 8 novembre 2018)

Comments

commentaires

via osiris

Laisser un commentaire