Numérique : pourquoi l’Afrique ne doit rien lâcher

Posté dans : Actu Technologies | 0

L’Afrique prend de plus en plus de place sur les routes du numérique. La Journée de la jeunesse de l’ONU offre l’opportunité de mettre en exergue son principal atout : son profil démographique.

Beaucoup de choses ont été dites à propos de l’Afrique de demain et de son potentiel. On l’a appelée « le continent des opportunités », « La prochaine frontière » ou « L’Afrique qui monte ». Tout cela est vrai. Mais ce qui passionne réellement, c’est d’observer la manière dont l’Afrique peut et va un jour diriger l’économie numérique, non seulement en créant un avenir meilleur pour ses jeunes, mais aussi pour l’Europe, les Amériques ou l’Asie.

L’atout démographique

La population jeune de l’Afrique pourrait se révéler être son plus grand atout à une époque où de nombreuses autres régions du monde vieillissent en raison de la baisse des taux de natalité. Alors que la population mondiale va passer de 7,4 milliards à 8,2 milliards d’habitants d’ici 2025, 40 % de cette croissance viendra d’Afrique. Cette population jeune, dynamique et innovante deviendra, avec plus de 628 millions de personnes âgées de moins de 24 ans, l’un des plus puissants moteurs de croissance que le monde ait jamais connus.

Personnellement, j’ai toujours été remarquablement inspiré par la créativité et le talent sur mon continent natal. Qu’il s’agisse de créer des applications de téléphonie mobile qui rendent les taxis-motos plus sûrs et plus pratiques, comme dans le cas de Safe Motos au Rwanda et maintenant en RDC, ou de trouver des solutions technologiques pour résoudre des problèmes agricoles, comme Plantheus, un récent diplôme du programme NG_Hub Accelerator de Facebook. Nous voyons des gens, surtout des jeunes, trouver chaque jour des solutions aux problèmes et besoins locaux.

L’Afrique, futur berceau d’innovation numérique…

Adepte enthousiaste et précoce de la technologie, le continent africain sera probablement le berceau de la prochaine vague d’innovations et d’applications numériques à l’échelle globale. L’adoption des médias sociaux, de la téléphonie mobile et du paiement dématérialisé lui permet ainsi qu’à sa jeunesse de faire un bond en avant et de passer à la prochaine vague technologique. Cette infrastructure est le fondement sur lequel se bâtit et continuera de se bâtir une grande partie des innovations que l’on pourra observer sur le continent dans les cinq années qui viennent.

… où les jeunes et les femmes auront de plus en plus leur mot à dire
Les grands acteurs de secteur de la tech ont un rôle à jouer dans cet essor et doivent s’engager à donner aux jeunes, qu’ils conçoivent, développent ou bâtissent des produits numériques, les moyens de développer leurs compétences et les mettre à profit pour dessiner l’avenir. Cela peut prendre la forme de partenariats, de programmes et d’initiatives, dont plusieurs sont déjà en place, pour former des PME, aider les jeunes à acquérir des compétences en marketing numérique ou à trouver un emploi, former des femmes à tirer parti des solutions numériques pour faire grandir leur entreprise ou réunir 52 000 développeurs à travers 17 pays d’Afrique subsaharienne dans le cadre du programme Cercle des développeurs.

Ce mois de la Journée de la jeunesse de l’ONU est une occasion de célébrer les icônes de l’avenir du continent et de contribuer à soutenir la prochaine génération de créateurs de start-up, investisseurs, promoteurs et acteurs du changement. Comme le dit un de mes proverbes africains préférés : « Demain appartient à ceux qui s’y préparent aujourd’hui. » Nous attendons donc avec impatience de voir ce demain rayonner.

Ime Archibong [1]

(Source : Le Point Afrique, 12 août 2019)


[1] Vice-président, Partenariats produits chez Facebook

Comments

commentaires

via osiris

Laisser un commentaire