Le gouvernement éthiopien a lancé l'appel à propositions pour les 40% d'Ethio Telecom

Posté dans : Actu Technologies 0

Suite à l’attribution de la première licence mobile du pays à Safaricom en mai dernier, une nouvelle page s’ouvre pour la libéralisation du marché télécoms éthiopien. Au centre de l’attention des investisseurs, la société télécoms publique.

Le gouvernement de la République fédérale d’Ethiopie, à travers son ministère des Finances, a procédé mardi 14 septembre au lancement officiel de l’appel à propositions pour les 40% du capital d’Ethio Telecom. L’appel est lancé à toutes les entreprises intéressées par une entrée sur le marché télécoms local, aux côtés de la société publique et ne se limite pas uniquement à celles qui ont déjà officiellement exprimé une marque d’intérêt pour cette vente d’actions.

Les entreprises spécialement ciblées par le gouvernement éthiopien sont « celles capables d’apporter de la valeur ajoutée à la compagnie [Ethio Telecom, Ndlr] en apportant les meilleures pratiques en matière d’opérations, de gestion de l’infrastructure et de capacités technologiques de nouvelle génération », a souligné le ministère des Finances. En somme, l’Ethiopie recherche un partenaire de qualité qui pourra aider Ethio Telecom à réaliser pleinement son potentiel. Au terme de l’exercice 2020, l’entreprise a publié un revenu de 56,5 milliards de birrs (1,25 milliard USD). En croissance de 18,4%, par rapport à l’année précédente.

A travers cet appel à propositions pour la privatisation partielle d’Ethio Telecom, le gouvernement entame une nouvelle phase du processus de libéralisation de son marché télécoms initié depuis le 10 juin 2019 avec la promulgation de la loi portant libéralisation du secteur des télécommunications. La première phase achevée le 22 mai dernier a vu l’attribution de la toute première licence mobile du pays à Global Partnership for Ethiopia, le consortium formé par Safaricom, Sumitomo, Vodacom, Vodafone et CDC Group.

Jusqu’à présent, les autorités éthiopiennes n’ont révélé aucune estimation véritable du montant qu’elles souhaitent tirer de la vente des parts minoritaires d’Ethio Telecom. Le gouvernement a toujours davantage mis en exergue sa volonté d’améliorer l’efficacité de l’opérateur public, sa compétitivité et son accès au capital, la qualité de ses services pour en faire un pilier de l’économie nationale.

Muriel Edjo

(Source : Agence Ecofin, 15 septembre 2021)

Comments

commentaires

via osiris

 

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.