Le chinois ZTE va accompagner le Congo en créant un technopole numérique et un datacenter

Posté dans : Actu Technologies | 0

Le ministre congolais des Postes, des Télécommunications et de l’Economie numérique, Léon Juste Ibombo, a annoncé la signature en marge du Congrès mondial du mobile, tenu à Barcelone en Espagne, du 26 février au 1er mars 2018 d’un contrat avec la société chinoise ZTE en vue de mettre en œuvre le plan national de développement de l’économie numérique 2018-2022. De manière concrète, TIC Mag apprend du ministre Léon Juste Ibombo que ce partenariat avec ZTE concernera le Renforcement de capacité, l’accompagnement pour la mise en œuvre du technopole, ainsi que l’implémentation d’autres plateformes et l’hébergement des données ».

Le technopole congolais annoncé depuis des années déjà devrait permettre au pays de se doter de contenus locaux à travers l’accompagnement des jeunes qui seront encadrés dans leurs travaux de recherche en lien avec les nouvelles technologies. Il verra également naitre un écosystème unique dans le pays et permettra l’arrivée dans le pays des géants mondiaux des TIC, dont l’expérience profitera aux jeunes entreprises naissantes dans le secteur. On pourrait également voir naître de cet accord avec ZTE une augmentation des capacités du pays en matière de stockage local des données avec la création d’un datacenter : un pas supplémentaire vers l’indépendance numérique du Congo.

Au cours de ce salon, Léon Juste Ibombo a présenté aux participants l’expérience congolaise en matière des TIC, Télécommunications et numérique. Aussi, le ministre a exposé possibilités et perspectives d’investissements qu’offre le secteur du numérique dans son pays. En présentant également la vision du président de la République d’arrimer le Congo à l’économie numérique, Léon Juste Ibombo a indiqué que l’ambition du gouvernement est de faire du Congo un hub en matière des télécommunications. Dans cette perspective, il a présenté le projet CAB mis en œuvre au Congo avec l’aide de la Banque mondiale et de la Banque africaine de développement.

(Source : TIC Mag, 6 mars 2018)

Comments

commentaires

via osiris

Laisser un commentaire