Kenya : l'Autorité des transports a sélectionné 29 entreprises pour fournir l'e-paiement dans les « matatu »

Posté dans : Actu Technologies 0

Le gouvernement du Kenya privilégie désormais le paiement électronique dans les transports publics en commun pour combattre le coronavirus. Cette solution lui donne également les moyens de retracer le parcours d’un potentiel malade et d’identifier les personnes qu’il a côtoyées.

Au mois de juin 2020, l’Autorité nationale de la sécurité et des transports (NTSA) a lancé un appel d’offres pour l’installation de logiciels mobiles et d’applications web de paiement dans près de 200 000 matatus, les minicars de transport intra-urbain, disséminés à travers le pays. Le mardi 5 janvier, la NTSA a révélé que 29 entreprises ont finalement obtenu une licence pour offrir le service.

Parmi les entreprises retenues figure l’opérateur télécoms Safaricom ainsi que plusieurs autres bien connues dans le pays comme la plateforme de paiement en ligne JamboPay, Cellulant, la multinationale spécialisée dans les paiements en Afrique, ou encore le fournisseur de services financiers KCB Bank Kenya, filiale de Kenya Commercial Bank Group.

Lors du lancement de l’appel d’offres par la NTSA, Simon Kimutai (photo), le président de l’Association des propriétaires de matatu, favorable à cette initiative, a soutenu qu’elle permettra aux propriétaires « de comprendre la valeur de leurs investissements et mettra un terme au détournement d’une partie des recettes par des chauffeurs malhonnêtes ».

L’e-paiement qui garantira la transparence des revenus générés par les véhicules aidera les propriétaires de matatu à planifier clairement leurs investissements futurs comme de véritables chefs d’entreprises.

Au-delà de la mise en ordre du secteur des matatus, le système d’e-paiement contribuera également à la réduction des échanges financiers physiques susceptibles de favoriser la propagation du coronavirus. Il fournira au gouvernement la capacité technique de retracer le parcours d’un individu et d’identifier les personnes qu’il a potentiellement contaminées.

(Source : Agence Ecofin, 11 janvier 2021)

Comments

commentaires

via osiris

Publié aussi sur www.suptic.net

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.