Impairs notés sur la plateforme « Senaffiche » : L’Artp dégage sa responsabilité

Posté dans : Actu Technologies | 0

L’Autorité de Régulation des Télécommunications et des Postes (Artp) n’a rien à voir dans les dysfonctionnements noté sur la Plateforme « Senaffiche », diffuseur en direct du combat Balla Gaye 2- Modou Lô, organisé ce dimanche 13 janvier sous le compte du promoteur Gaston Mbengue. Dans son communiqué envoyé ce lundi 15 janvier, l’organe a dégagé toute sa responsabilité et précise que dans cet espèce, le service de contenu échappe à sa compétence.

L’Autorité de Régulation des Télécommunications et des Postes (Artp) n’a aucune responsabilité sur les dysfonctionnements notés dans la plateforme « Senaffiche » diffuseur du combat Balla Gaye 2-Modou Lo pour le compte du promoteur Gaston Mbengue.

Dans son communiqué envoyé, ce lundi 13 janvier, l’organe de régulation a qualifié d’ « erronées » les nombreuses déclarations lui mettant en cause dans cette affaire qui a fini de soulever nombre de récriminations.

« De nombreuses déclarations nous sont parvenues, par voie de presse, allant dans le sens d’entrevoir une responsabilité de l’Autorité de Régulation des Télécommunications et des Postes (ARTP) à la suite des difficultés rencontrées par certains citoyens pour accéder à la plateforme « Senaffiche » afin de suivre le combat de lutte du dimanche 13 janvier 2019 », note le même communiqué avant de préciser : « Face à cette opinion erronée, l’Artp tient à préciser que, dans le cas d’espèce, les difficultés rencontrées ne concernent pas la connexion à Internet mais relèvent plutôt de l’accès à un service de contenu qui échappe à la compétence de l’ARTP en vertu des textes en vigueur.

En conséquence, l’Artp dégage toute responsabilité concernant cette affaire ». Il faut rappeler que cette affaire du « Pay- per view » a été expérimentée pour la première fois lors du combat Balla Gaye 2- Gris Bordeaux organisé en 2018 par le promoteur Luc Nicolaï.

Sans toutefois trouver l’assentiment de nombreux usagers après l’achat des codes qui devraient leur permettre de regarder le combat.

Elle n’a pas connu le même succès ce dimanche lors de sa réédition par le « Don King » de la lutte sénégalais. Elle a plutôt provoqué les mêmes désagréments chez beaucoup d’amateurs.

Omar Diaw

(Source : Sud Quotidien, 16 janvier 2019)

Comments

commentaires

via osiris

Laisser un commentaire