E-Commerce : Des spécialistes rappellent les préalables sécuritaires

E-Commerce : Des spécialistes rappellent les préalables sécuritaires

Posté dans : Actu Technologies | 0

Le temps est à la dématérialisation des procédures dans plusieurs secteurs. Cependant, les spécialistes, bien qu’ils reconnaissent que le processus est irréversible pour les entreprises qui veulent avancer, rappellent qu’il faut prendre en compte l’aspect sécuritaire pour des opérations garantissant l’intégrité et la confidentialité.

Pour être plus performantes et rapides, beaucoup de structures publiques comme privées ont intégré la dématérialisation des procédures dans leurs opérations. Cela permet d’avoir une efficacité. Toutefois, il est essentiel de garantir la sécurité des données manipulées, estiment des spécialistes du secteur du numérique qui discutaient du thème : « Dématérialisation et sécurité numérique : de la réglementation aux solutions », lors du Forum Préventica sur la maîtrise globale des risques qui s’est tenu du 3 au 4 octobre 2017, à Dakar. Ils ont insisté sur la sécurité pour développer davantage le numérique et la dématérialisation des procédures. Mouhamadou Diouf, Responsable sécurité système d’information (Rssi) à Gaindé 2000, a rappelé que la dématérialisation a toujours existé car l’écriture était une forme de dématérialisation. « Maintenant, la dématérialisation est une forme de transformation des supports physiques en supports numériques », dit Mouhamadou Diouf. Il a souligné que le système Gaindé 2000 a permis de dématérialiser la procédure de création d’entreprise, le dépôt de dossiers pour certains concours au Sénégal, entre autres. « Quand on parle de dématérialisation, on parle d’absence de déplacement et d’une non utilisation de certains documents. Il y a aussi des risques de piratage. Penser qu’on est invulnérable, c’est déjà être vulnérable. Il faut une identification continue du risque et adapter nos réactions, impliquer les acteurs pour la prise en charge de ces risques », a-t-il déclaré. Il a demandé aux acteurs de se structurer pour protéger les données personnelles qu’ils manipulent. M. Diouf est d’avis que pour réussir une dématérialisation des procédures en toute sécurité, « il nous faut la confiance, l’intégrité et la confidentialité des données manipulées ».

L’expert en signature électronique Magatte Mbaye a abondé dans le même sens. Il soutient qu’il faut « des tiers de confiance qui sont des entités juridiques jouant le rôle d’intermédiaire », voire de régulateur pour assurer la sécurité dans la dématérialisation des procédures. De ce fait, il pense que l’archivage l’égal qui impose de garder les documents pendants une période de 5 à 10 ans est un dispositif de suivi.

Par rapport à la réglementation nationale, Mouhamadou Lô, de l’Agence de développement de l’Informatique de l’État (Adie) rappelle qu’il y a, au Sénégal, une loi sur les transactions électroniques depuis 2008 et tous les instruments pour encadrer la signature électronique.

Oumar Kandé

(Source : Le Soleil, 11 octobre 2017)

Comments

commentaires

via osiris

Répondre