Degroupage de la boucle : L’Artp ouvre la concurrence

Posté dans : Actu Technologies | 0

Le Directeur général de l’Autorité de régulation des télécommunications et des postes (ARTP), a procédé hier à Dakar au lancement officiel de l’introduction du dégroupage de la boucle locale au Sénégal.

« Le lancement du dégroupage de la boucle au Sénégal, ce mardi 10 juillet 2018, marque le début d’une nouvelle ère pour de nombreux acteurs, en particulier les opérateurs de réseaux de télécommunication ouverts au public et les fournisseurs d’accès à l’internet (FAI) ». Ces propos sont du Directeur général du l’Artp, Abdou Karim Sall. En effet, le dégroupage est l’un des principaux leviers de régulation qui permet le développement de la concurrence et la promotion de services innovants dans les télécommunications, et tout particulièrement sur le marché de l’internet du haut et du très haut débit fixe. D’après M. Sall, la boucle locale est une infrastructure qui appartient à l’opérateur historique Sonatel. Elle est considérée comme essentielle dans la mesure où les conditions économiques et techniques de sa réplicabilité sont difficiles, voire impossibles. De ce fait, le code des télécommunications impose le partage de telles infrastructures à des conditions techniques et tarifaires définies par l’autorité de régulation.

Un processus enclenché depuis 2005

Pour Abdou Karim Sall, l’objectif global de l’ARTP est de renforcer la concurrence sur le marché de l’internet et de promouvoir le développement des usagers pour toutes les catégories de clientèle, à savoir les individus, les ménages et les entreprises. A l’en croire, à travers le dégroupage dont le dossier a été ouvert depuis 2005, l’ARTP vise, entre autres, une concurrence réelle dans les efforts commerciales ADSL ou xDSL, la liberté de choix de l’opérateur et une baisse des tarifs de détail. « Dans le cadre de ce projet, et d’ailleurs dans tous les projets et de cette nature, l’ARTP a retenu une démarche concertée et inclusive. Les étapes graduelles ont été menées avec l’ensemble des opérateurs de réseaux de télécommunication ouverts au public », a-t-il expliqué. Et d’ajouter qu’ « à travers cette longue démarche transparente et concertée, l’Autorité de régulation a introduit le dégroupage qui est une opération complexe. Le processus implique des travaux poussés avec les acteurs, en particulier la Sonatel, pour trouver une situation d’équilibre sur le marché qui favorise à la fois l’investissement et le partage des infrastructures ». Ainsi, le DG de l’ARTP a rappelé que le développement des services internet est porté au Sénégal à plus de 98% par le mobile, et seulement moins de 2% par le fixe. C’est la raison pour laquelle l’accent doit être mis en sur l’internet fixe, avec comme objectif le développement de la concurrence sur le marché du haut et du très haut débit fixe. Quant au président de l’Association des consommateurs du Sénégal (ASCOSEN), Momar Ndao, il a demandé à l’ARTP de veiller sur le tarif pour qu’il y ait une concurrence de sorte qu’on puisse avoir différents prix, au bénéfice du consommateur. « S’il met en place ce dégroupage, il faut y ajouter un tableau de bord qui permet de voir l’évolution réelle du dégroupage », a suggéré M. Ndao.

Zachari Badji

(Source : Rewmi, 11 juillet 2018)

Comments

commentaires

via osiris

Laisser un commentaire