Congo-Brazzaville : L’ARPCE appelle à améliorer les réseaux

Posté dans : Actu Technologies 0

Dans une évaluation « QoS » des réseaux mobiles de la période allant du 2 juillet au 29 août 2020, l’Agence de régulation des postes et des communications électroniques (ARPCE) révèle une couverture critique en réseau et des zones blanches dans plusieurs localités du pays.

Présenté par son directeur, Marc Sakala, et commenté par Benjamin Mouandza, directeur des Réseaux et services des communications électroniques à l’ARPCE, devant les directeurs généraux des opérateurs MTN Congo et Airtel Congo, le rapport analyse dans les détails la qualité des services avec des statistiques à l’appui.

S’il est vrai que le réseau n’est pas dégradé comme il y a quelques années, il présente néanmoins quelques ennuis au moment où, par exemple, l’on forme l’appel avec des secondes de latence en trop, des coupures ou perte de réseau pendant la communication. Les deux opérateurs MTN et Airtel sont également tancés pour leur réseau 3G data qui dévoile de façon générale, selon le rapport, « une criticité de débit » que l’on peut concevoir par les divergences de vitesse de connexion.

Le rapport révèle aussi un niveau de couverture critique avec plusieurs zones blanches, c’est-à-dire des territoires entiers qui ne sont pas desservis par un réseau de téléphonie mobile ou par Internet, s’étalant sur des kilomètres le long des deux routes nationales. Une anomalie grave à l’origine quelquefois des pertes de vie lors d’accidents sur ces routes, les réseaux téléphoniques n’étant pas disponibles pour pallier l’urgence.

Alors qu’il existe des localités qui attendent d’être entièrement connectées aux réseaux mobiles, à l’instar de Bouaniela dans le département de la Likouala, ville de plus de 7000 habitants que Marc Sakala a fait inscrire aux opérateurs l’urgence de « brancher » d’ici la fin de l’année, le respect des cahiers de charges reste la panacée pour couvrir l’ensemble du territoire.

Lors des échanges, l’ARPCE a réitéré aux opérateurs de prendre leurs responsabilités sur ces dossiers même si dans le cadre du Fonds pour l’accès et le service universel, l’Etat assurera le financement de projets visant à couvrir l’ensemble du territoire national en infrastructures et services de communications électroniques, notamment en zone rurale ou enclavée.

Améliorer les réseaux avant décembre

Des prochains tests du réseau sont prévus en décembre par le régulateur qui espère retrouver un tableau reluisant pour la sauvegarde des intérêts des consommateurs, de l’Etat et des opérateurs. En attendant cette étape, les directeurs généraux des sociétés de téléphonie mobile ont reconnu les anomalies des réseaux tout en promettant de corriger les erreurs.

La crise due à la Covid-19 a fortement impacté l’écosystème chez les deux opérateurs, a expliqué Marc Sakala qui a cependant salué le travail de MTN et Airtel pendant cette période marquée par la baisse de prix des différentes offres. Si les deux opérateurs ont pu circonstanciellement maintenir les réseaux très chargés et sollicités il y a quelques semaines, il faut noter que la situation a par ailleurs rendu le travail ardu.

« Les effectifs ont été diminués, les interventions de nuits ayant été annulées à cause des couvre-feu. Les opérateurs ne sont pas à leur niveau d’excellence. Ils ont fait face à une montée exceptionnelle de la charge des réseaux », a souligné le directeur général de l’ARPCE. Il a toutefois précisé aux opérateurs de briser « le relâchement » constaté et au respect du cahier des charges.

Quentin Loubou

(Source : Les Dépêches de Brazzaville, 28 septembre 2020)

Comments

commentaires

via osiris

Publié aussi sur www.suptic.net

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.