Bientôt, les tech entrepreneurs algériens pourront mieux vendre leur expertise en France

Posté dans : Actu Technologies 0

L’écosystème favorable au développement de l’exportation des services numériques par les entreprises algériennes prend forme. Said Djellab, le ministre du Commerce, estimait en 2018 qu’une fois prêt, il révolutionnerait le marché de la sous-traitance TIC.

La Chambre de commerce et d’industrie algéro-française (CCIAF) et le Groupement algérien des acteurs du numérique (GAAN) ont signé, jeudi 21 janvier à Alger, une convention de collaboration sur le développement de l’exportation des services numériques algériens vers la France.

Selon Bachir Tadjeddine, le président du GAAN, cette convention vise à « mettre en relation les entreprises françaises, qui veulent externaliser certains services dans le domaine du logiciel et du call center, avec des entreprises algériennes capables de mener cette mission ».

Pour Michel Bisac le président de la CCIAF, « de nombreuses entreprises en France et en Europe sont à la recherche de sous-traitants dans le domaine du numérique, et l’Algérie, grâce à ses avantages fiscaux, est devenue compétitive par rapport à ses voisins immédiats, par les prix proposés par ses entreprises, leur maturité, la qualité de la formation des jeunes ingénieurs et la qualité des services qui peuvent être rendus aux entreprises clientes ».

Le 17 février 2019, en marge de la présentation de la participation de l’Algérie au salon international Viva Technology Paris, Said Djellab, révélait qu’en 2018, l’Algérie a exporté pour 50 millions USD de services numériques. Il soulignait que ce revenu pourrait être multiplié si l’activité recevait un encadrement adéquat.

La convention entre la CCIAF et le GAAN, qui s’inscrit dans le cadre du renforcement des échanges bilatéraux entre l’Algérie et la France dans le domaine du numérique, devrait contribuer au développement de ce cadre d’opération. Elle permettra aux tech entrepreneurs algériens d’accéder à des opportunités d’affaires au plan international, de développer une offre et une capacité de sous-traitance, en plus de valoriser leur maîtrise technique.

(Source : Agence Ecofin, 22 janvier 2021)

Comments

commentaires

via osiris

Publié aussi sur www.suptic.net

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.