Affaire du photomontage de Macky Sall : les accusés remis en liberté provisoire

Affaire du photomontage de Macky Sall : les accusés remis en liberté provisoire

Posté dans : Actu Technologies | 0

Au Sénégal, quatre personnes arrêtées en mai dernier et accusées notamment d’offense au chef de l’Etat ont bénéficié d’une liberté provisoire. Parmi elles, la jeune journaliste Ouleye Mané, accusée d’avoir diffusé sur une messagerie en ligne un photomontage jugé offensant de Macky Sall. Ses avocats se félicitent de savoir leur cliente hors de prison, mais sont surpris. Ils disent ne pas comprendre les conditions de cette libération qui pourrait avoir été décidée au plus haut niveau.

Les avocats des quatre accusés avaient déposé une demande de liberté provisoire dont ils ont appris le rejet le lundi 7 août. Ils ont ensuite fait appel de cette décision, et c’est finalement dans les médias qu’ils ont appris la libération de leurs clients vendredi, sans en avoir été informés au préalable. A priori, c’est le juge lui-même qui a procédé à une levée d’office du mandat de dépôt, sans doute sur demande du parquet, et il est donc possible que la décision ait été prise au plus haut niveau.

Néanmoins, l’enquête se poursuit et la jeune journaliste Ouleye Mané et ses coaccusés restent inculpés, notamment d’outrage au chef de l’Etat et de diffusion d’images contraires aux bonnes mœurs. Ils sont accusés d’avoir partagé sur un groupe de la messagerie Whatsapp un photomontage associant le corps d’un homme nu au visage du président sénégalais Macky Sall.

Selon ses avocats, la jeune femme n’avait pas l’intention de divulguer cette image et a été victime d’un piratage de son compte Whatsapp. La justice pourrait prochainement décider de rendre une ordonnance de non-lieu ou alors elle produira une ordonnance de renvoi et il y aura un procès.

L’image introuvable

Mais si elle devait se poursuivre, cette procédure poserait de nombreux problèmes juridiques, selon les avocats des accusés. L’image à l’origine de la polémique a par exemple disparu d’internet et ne se trouve pas dans le dossier du juge. Les accusés avaient fait circuler cette image dans le cadre d’un groupe privé. Il semblerait donc que la justice aille vers un non-lieu.

Ces libérations interviennent trois jours après l’inculpation et le placement sous mandat de dépôt de la chanteuse sénégalaise Amy Collé Dieng pour offense au chef de l’Etat. L’artiste avait été interpellée après la diffusion sur internet d’un enregistrement sonore dans lequel elle critiquait le président Macky Sall.

(Source : RFI, 12 août 2017)

Comments

commentaires

via osiris

Répondre